Partager
Les manchons, amis du système cardio-vasculaire
Les manchons, ou chaussettes de contention, sont devenus un accessoire classique dans les pelotons. Mais quel est leur réel intérêt pour les coureurs ?
 
La mode fait fureur, depuis quelques saisons. Mais n’est-ce qu’une mode, celle de ces coureurs qui ne sortent que munis de chaussettes ou manchons (oui, on parle aussi de manchons pour les mollets) de contention, été comme hiver, en compétition comme à l’entraînement ? On voit même apparaître, depuis quelque temps, le modèle équivalent pour les bras. Souci esthétique ou réel intérêt physiologique ? « Les chaussettes de contention sont des produits dérivés de la compression médicale, avec un tissage plus léger pour une compression veineuse moins forte et adaptée aux coureurs », détaille Jean-Michel Serra, médecin des équipes de France d’athlétisme. De quoi améliorer leurs sensations ?
 
Mieux passer les écluses

« Le principe, c’est d’améliorer le retour veineux chez le coureur, reprend le médecin. L’idée est de ramener le sang du bas du corps, des pieds, vers le haut, pour un meilleur recyclage des déchets sanguins. C’est un procédé qui se fait déjà naturellement : quand on pose le pied, l’écrasement et les contractions musculaires qui s’en suivent ramènent le sang vers le haut. Tout au long du parcours veineux, le retour se fait grâce à un système de petites écluses, comme sur les canaux fluviaux. A partir de la trentaine, ce système d’écluses fonctionne moins bien, et le système des chaussettes de contention aident à cette chasse veineuse. Cela peut être utile, oui, même si pour un athlète de 18 ans ou un sprinter, cela n’a pas vraiment d’intérêt. »

Un processus qui permet aussi, par conséquent, d’alléger le travail de pompe qu’effectue le cœur. Et qui permet logiquement de se sentir plus léger. « Les jambes sont un peu moins lourdes, car la stagnation veineuse est moindre, le sang est mieux oxygéné puisqu’il remonte plus vite dans le système cardio-vasculaire et que ses déchets sont mieux éliminés. »
 
Maintien musculaire

Que ce soit au repos ou en plein effort, les manchons peuvent donc s’avérer utiles. D’autant qu’ils permettent de subir « moins de ballottements musculaires ». « Quand les groupes musculaires sont mieux tenus, dans l’axe du travail musculaire engendré, il y a a priori moins de risques de blessure si un étirement maximal survient, même si on n’a pas d’études concrètes qui le prouvent. »

Autre intérêt : les manchons préservent les muscles du froid « en apportant une couche supplémentaire ». Autant dire que les équipementiers, toujours à l’affût, y ont vite vu un créneau porteur. « Ils ont développé toute une gamme qui va du tee-shirt de compression au short de compression. Mais c’est aussi une question de confort, et de sensations. » Surtout quand on sait que le retour veineux est moins utile au niveau du torse, déjà très proche du cœur, que pour les mollets, extrémités beaucoup plus éloignées de la « pompe » de l’organisme.
 

Choisir le bon modèle

Reste à ne pas se tromper dans le choix du modèle choisi. « L’idéal serait d’avoir des manchons sur mesure, estime le docteur, mais c’est évidemment impossible. Alors, il faut tâcher de prendre une taille adaptée. Si le tissu est trop serré, cela aura un effet garrot qui ira à l’inverse de l’effet recherché. » A noter, également, que le tissage des manchons, qui joue directement sur leur action, n’est pas effectué au hasard : il est censé diriger le flux sanguin bel et bien vers le haut, et non vers le bas – ce qui serait dommage…

« Pour quelqu’un qui a un véritable problème de retour veineux, autant prendre un modèle directement dérivé de la pratique médicale, parmi les marques qui disposent d’un brevet en la matière. D’ailleurs, il ne faut pas oublier qu’à partir du moment où on a affaire à un système compressif, il y a perturbation du système vasculaire. Si les mollets sont trop comprimés et qu’on porte les manchons trop longtemps au repos, attention à ne pas développer une phlébite. »

Autant éviter, donc, de porter les manchons en permanence. Enfin, comme tout tissu élastique, les chaussettes auront tendance, qu’on se le dise, à perdre de leur efficacité à force d’être portées et lavées. Côté esthétique, en revanche, elles rempliront toujours leur rôle à la perfection.
 
Cyril Pocréaux pour J’aime courir
 
Exergue - Citation : « L’idée est de ramener le sang du bas du corps, vers le haut, pour un meilleur recyclage des déchets sanguins. »
 

Ce CONSEIL D'EXPERT a été réalisé avec le concours de   Jean-Michel SERRA

Médecin des équipes de France d'Athlétisme
Membre de la commission médicale de la FFA
Coureur hors stade pendant ses loisirs, a déjà réalisé 37'40 au 10km et 1h15' au semi, il y a quelques années ...
Article mis en ligne par Rédaction J'aime Courir - le 28/06/2017 à 22:00 - mis à jour le 28/06/2017 à 22:20


AJOUTER UN COMMENTAIRE