Partager
Marathon de Toulouse : un plan d’entraînement pour une course en famille
Pour son quinzième marathon, Daniel Rogue a réalisé un chrono bien meilleur qu’espéré lors du marathon International de Toulouse Métropole. Notamment grâce à un plan d’entraînement commandé sur J’aime Courir. 

Casquette et t-shirt blanc assortis, fines lunettes sur les yeux, Daniel Rogue a franchi la ligne d’arrivée du marathon international Toulouse Métropole en 3h28’40’’. Un chrono réalisé en équilibrant sa course à la perfection, avec le premier et le deuxième semis bouclés à quelques secondes près dans le même temps : 1h44. « Quand on est expert-comptable, on est précis avec les chiffres », sourit le jeune retraité de bientôt 60 ans. Pourtant, pour son quinzième marathon au cours de sa quarantième année de pratique de la course à pied, il n’avait pas prévu d’aller aussi vite. « J’avais fait 3h45 en 2015 et j’avais un objectif à 3h40 », explique celui qui possède un record à 3h02’59’’, établi en 1999. 

Au-delà de sa science des chiffres, Daniel Rogue a pu s’appuyer sur un plan d’entraînement délivré par un des entraîneurs experts de J’aime Courir, Patrice Binelli. « J’ai découvert par hasard le site, en recevant un mail après mon inscription pour le marathon de Toulouse, retrace le Rennais. J’ai vu qu’on pouvait commander un plan. J’ai rempli un questionnaire sur mon profil, puis j’ai reçu quelques jours plus tard un plan pour les onze dernières semaines de préparation que j’ai suivi à la lettre. »

Après avoir travaillé « 70 heures hebdomadaires, sept jour sur sept » pendant des années, il a pu cette fois s’entraîner « quatre fois par semaine ». « Je me suis dit que j’avais le temps, donc autant faire un travail de qualité. Je n’ai pas du tout été surpris par le contenu des séances. Mais j’ai pu découvrir les erreurs que j’avais pu faire par le passé. J’avais par exemple tendance à en faire trop à l’approche des compétitions et à vouloir rattraper le retard pris. » 

Six minutes d’avance sur son fils

Cette année, Daniel a relâché son effort et a fait du jus avant la course. Puis il a pu profiter d’un parcours « très intéressant car extrêmement plat » pour descendre sous les 3h30. Cerise sur le gâteau, il a entraîné son fils Clément dans la danse, puisque ce dernier a disputé son premier marathon dans la Ville Rose. « Il travaille à Toulouse depuis un an et il s’est mis à la course à pied. On s’est lancé ensemble ce défi à Noël », rembobine le paternel.

Ensemble pendant les vingt-cinq kilomètres, le duo s’est ensuite séparé lorsque Clément a un peu baissé de pied. Il a tout de même terminé dans le temps très honorable de 3h34’57’’. « Pour son premier marathon, c’est pas mal, note Daniel. Mais le père l’a battu à l’expérience ! » Et peut-être aussi un peu grâce à son plan d’entraînement.

« Je n’ai pas du tout été surpris par le contenu des séances. Mais j’ai pu découvrir les erreurs que j’avais pu faire par le passé. »
 

Article mis en ligne par Rédaction J'aime Courir - le 10/11/2017 à 15:18 - mis à jour le 10/11/2017 à 15:44


AJOUTER UN COMMENTAIRE