Partager
Faites le point sur le point (de côté)
Le point de côté est, bien souvent, le cauchemar des coureurs débutants. Mais s’il est généralement rapidement remisé au rayon des souvenirs, l’expérience aidant, il peut aussi être évité si on sait se montrer prudent.
 
En voilà un, fidèle compagnon d’effort, souvent là quand on ne l’attend pas, et qu’on préfèrerait ne plus avoir à fréquenter… Même si, avec le temps et l’expérience, on apprend à s’en tenir éloigné, à ne plus avoir à subir sa présence en courant. Le point de côté. L’incontournable point de côté, celui qui a forcément accompagné au moins vos premières foulées de coureur, avant que n’appreniez à le dompter. Sans même savoir, souvent, d’où il venait ni comment le surmonter. 
 
Comme des dératés

« A priori, parce qu’on n’a guère de recherches disponibles sur le sujet, le point de côté serait une contracture au niveau du diaphragme, décrypte Jean-Michel Serra, médecin des équipes de France d’athlétisme. A une époque lointaine, on évoquait un engorgement du système veineux au niveau du foie, ou de la rate… C’est de là que vient l’expression ‘‘courir comme un dératé’’ : dans l’Antiquité, on procédait à l’ablation de la rate des athlètes, en pensant que ça leur permettrait de courir plus vite ! Tout ça n’a pas forcément de sens, car il n’y a pas de raison que ces organes soient particulièrement engorgés par la course. » Le diaphragme, un muscle qui intervient dans les mouvements de la cage thoracique, est directement concerné par l’action de respirer.

« Et dans la mécanique du point de côté, on s’aperçoit qu’il se met en place et disparaît successivement. Cela correspond bien à une contracture. Comme le diaphragme est un muscle profond, sous les poumons et les côtes, on ressent le point de côté en interne, à gauche ou à droite. »
 
 
Manque de maîtrise

En général, cette douleur si particulière est surtout fréquente chez les coureurs novices ou chez les jeunes, qui ne savent pas forcément bien gérer leur respiration et leur rythme en course. « Avec l’habitude, le point de côté devient exceptionnel, et je ne me souviens pas d’un athlète de haut niveau qui ait pu en subir un », reprend le docteur. Mauvaise gestion de la ventilation, problème postural, rythme inadapté pendant la course… Les causes sont multiples.

« Les gens qui ont une mauvaise position et qui poussent la machine dans des intensités qu’ils ne maîtrisent pas vont avoir en particulier tendance à en souffrir. Cela amène le système diaphragmatique à se contracturer. Le système musculaire travaille alors de manière anormale, par spasmes. » Et là, difficile de résoudre le problème en plein effort…
 
Comment s'en sortir !  

« Il y a bien une réponse ancestrale, qui consiste à appuyer sur la zone douloureuse en changeant son mode de respiration, poursuit Jean-Michel Serra. En général, cela fonctionne car le muscle va se détendre – ce qui corrobore d’ailleurs l’hypothèse d’une contracture. » Difficile, toutefois, à appliquer en pleine course, en plein effort. « C’est certain, mais à partir du moment où le coureur subit un point de côté parce qu’il était en surrégime, il doit de toute façon ralentir, et même s’arrêter ou marcher. On sort du cycle de la course. Il est important de bien souffler pour ventiler, de manière consciente, pour bien ré-actionner les muscles du diaphragme. »

Et côté prévention ? En théorie, un bon échauffement, lors duquel on s’appliquerait à respirer progressivement, pourrait permettre de limiter les risques de point de côté. « Mais l’éviter nécessite avant tout une certaine expérience. » Soyez patients : les premiers points de côté seront aussi, normalement, les derniers.
 
 
« Comme le diaphragme est un muscle profond, sous les poumons et les côtes, on ressent le point de côté en interne. »

Ce CONSEIL D'EXPERT a été réalisé avec le concours de   Jean-Michel SERRA

Médecin des équipes de France d'Athlétisme
Membre de la commission médicale de la FFA
Coureur hors stade pendant ses loisirs, a déjà réalisé 37'40 au 10km et 1h15' au semi, il y a quelques années ...
Article mis en ligne par Rédaction J'aime Courir - le 24/01/2018 à 15:26 - mis à jour le 12/04/2018 à 10:04


AJOUTER UN COMMENTAIRE