Partager
Comment retrouver la (les) forme(s) après les fêtes ?
2020 est déjà là, avec dans sa hotte des cadeaux pour les coureurs qui se sont lâchés pendant les fêtes : quelques kilos en trop, et des jambes bien lourdes quand on reprend l’entraînement. Comment retrouver la forme qu’on tenait avant les réveillons ?
 
Même si vous traînez comme un boulet quelques kilos en trop et une once de culpabilité, pas d’inquiétude : bien reprendre après avoir un peu (trop) oublié la course à pied pendant les fêtes de fin d’année est possible. A condition d’agir avec prudence. « L’idéal est de s’entraîner pendant les fêtes dans la continuité, quitte à en faire un peu moins (voir article précédent), mais par rapport à la famille, aux déplacements éventuels, ce n’est pas toujours évident », sourit Patrice Binelli, entraîneur à la Direction Technique Nationale et coach J'aime courir. A l’heure du retour aux affaires, quelques règles s’imposent pour bien reprendre le collier.
 
Ne pas vouloir rattraper le temps perdu

« Se dire ‘‘Je vais mettre les bouchées doubles pour rattraper le temps perdu’’ n’est pas la bonne option, prévient d’emblée l’entraîneur. On a plus de risques de se blesser ou de tomber dans une fatigue excessive que de chances de retrouver ses sensations. » Mieux vaut, de fait, reprendre en douceur. « Si on a vraiment coupé pendant quinze jours, l’arrêt est conséquent, et le niveau sera moindre qu’avant les fêtes. Il faut donc agir comme pour une blessure : reprendre à la fois en allant moins vite et sur des durées moins longues qu’avant. Des séances de VMA courte, comme des 30’’-30’’, sont bien indiquées en la matière. Des exercices courts et dynamiques permettent de se remettre dans le bain, davantage que des sorties longues d’emblée. »

Dans tous les cas, les premiers jours servent à se remettre dans le bain. « La première semaine doit être une sorte de préchauffage. L’intensité et la quantité d’entraînement sont plus faible, mais cela permettra de mieux repartir ensuite. »
 
Analyser sa forme

Autre impératif, à l’heure de rechausser les baskets : ne pas se tromper sur son état de forme. Plus la coupure aura été longue et plus celle-ci se sera éloigné de ce qu’elle était avant les agapes de décembre. « Il faut analyser les choses, voir si on a pris du poids par exemple, poursuit Patrice Binelli. Pour cela, après la semaine de remise en forme, on peut effectuer un petit retour en arrière en reprenant des séances qu’on faisait juste avant la coupure, afin de voir où on en est. Cela donne un repère. »

Reste les échéances sportives, qui parfois tombent juste après les fêtes – les fidèles des Départementaux de cross en savent quelque chose. « Si on n’est pas pressé, pas de souci, on peut prendre le temps de revenir en forme. Si une échéance arrive, il faut conserver à l’esprit que ce qui n’a pas été fait ne se rattrape pas. Mais finalement, une coupure peut aussi avoir du bon, surtout quand on arrive fatigué en fin d’année et qu’elle permet de recharger les batteries. » Pas d’inquiétude surfaite, donc : « Si l’on s’est arrêté quelques jours ou une semaine, il ne faut pas se dire qu’on a tout perdu. » Ouf…
 
Attention au froid et à l’alimentation

Enfin, au-delà des kilos en trop qui incitent à la prudence quand on reprend l’entraînement, les conditions météo peuvent également changer la donne. « On a connu récemment des périodes de fort froid, avec des températures négatives, qu’il faut prendre en compte car cela complique les conditions d’entraînement. Cela demande de l’énergie supplémentaire. » Une énergie qu’un corps engourdi par les fêtes aura plus de mal à fournir, altérant les sensations du coureur. Autant de raisons de « revenir à un rythme et à une alimentation plus sains et plus classiques que pendant les fêtes », rappelle l’entraîneur.

« En gardant bien à l’esprit qu’on ne doit pas faire un régime pour perdre du poids tout en s’entraînant à fond. Les deux ne sont pas compatibles. » En un mot : ne cherchez pas à vous précipiter pour revenir en forme, mais prenez le temps de retrouver vos sensations. En matière d’athlé, inutile de croire au Père Noël…
 
Cyril Pocréaux pour J'aime courir
 
« Se dire ‘‘Je vais mettre les bouchées doubles pour rattraper le temps perdu’’ n’est pas la bonne option. »


Ce CONSEIL D'EXPERT a été réalisé avec le concours de Patrice BINELLI
Cadre Technique et responsable National des courses Montagne. Coordonnateur du service entraînement de J'aime Courir
Entraîneur FFA Hors-stade 3è. niveau, 30 ans d'expérience en tant qu'entraîneur
Coache aussi bien des athlètes de haut-niveau participant à des compétitions internationales majeures (JO, Monde…), que des coureurs cherchant juste à progresser, du 400m au 100km. Entraine sur le Pôle haut niveau de Nantes mais aussi dans son club, le Nantes Métropole, pendant son temps libre.
A réalisé 14'45 au 5000m dans sa jeunesse. Et dernièrement 2h50 au marathon de Paris à 51 ans et 1h18' au semi l'année suivante.
Article mis en ligne par Rédaction J'aime Courir - le 04/01/2017 à 19:49 - mis à jour le 04/01/2020 à 10:59

Entraînement - Point clé
Astuces du coach
Coin santé

AJOUTER UN COMMENTAIRE