Partager
S’entraîner en couple, toute une technique
Par choix plus souvent que par contrainte, certains couples fondus de course à pied s’entraînent ensemble. Mine de rien, la situation n’a rien de simple, et exige de s’imposer quelques règles précises.
 
Pour certains, c’est une échappatoire. Quitter quelques instants le foyer, se vider l’esprit, voguer au fil de ses foulées, respiration indispensable. Pour d’autres, courir ne peut se concevoir qu’accompagner de sa moitié ou de son double, dans une passion fusionnelle où l’entraînement se teinte du plus noble des sentiments, l’amour. Enoncé ainsi, c’est plutôt joli. Mais, concrètement, comment s’organiser pour courir en couple ? Les exemples sont toujours plus nombreux, la démocratisation de la course à pied aidant, de ces duos qui partagent leur penchant pour le running. « Tout cela va évidemment dépendre de l’emploi du temps et du travail des personnes concernées, de leur temps libre, de la garde des enfants, énonce Jean Delatour, entraîneur hors stade qui encadre régulièrement les stages des équipes de France de marathon. Mais tout est possible si on est organisé. » Reste que quelques contraintes techniques demeurent.
 
Passionnés, mais parfois séparés

« En général, les couples qui courent ensemble ont des objectifs de compétition, note Jean Delatour, et parfois communs. Ce ne sont pas des personnes qui se contentent d’un petit footing de temps en temps, car si c’est le cas, les choses sont plus simples à organiser. »

Comment, dès lors, assurer le minimum de séances nécessaires à la préparation ? « On peut avoir différents cas de figures. J’entraîne par exemple des couples où chacun court, mais vient au stade sur des jours différents de son conjoint pour faire ses séances. Les horaires professionnels étant souvent imposés, il n’y a pas d’autre solution. Je fais des plans individuels, chacun a sa séance, cela ne pose donc pas de problème par rapport aux séances des autres coureurs. En revanche, j’insiste dans ce cas pour que les deux personnes fassent des footings ensemble le week-end. C’est extrêmement important pour qu’ils partagent vraiment quelque chose, et éviter les tensions dans le couple. »
 
 
Les techniques pour se suivre

Certains ont davantage de chance, et peuvent s’organiser pour s’entraîner plus souvent ensemble, y compris lors des séances de fractionnés. Mais comment courir ensemble quand on n’avance pas à la même allure ? « Ce n’est pas vraiment un problème, estime le coach : on peut faire l’échauffement ensemble, puis la récupération également en fin de séance. Et, au milieu, chacun fractionne à son rythme, séparément, à sa vitesse. »


Autre option, pour pousser plus loin encore le côté fusionnel : « Le mari peut faire la séance avec sa conjointe, puis ajouter quelques séries en plus, à son rythme. » A noter que cette formule fonctionne aussi en sens inverse, si madame est plus rapide que monsieur – oui, ça peut arriver. Enfin, ultime option, peut-être la plus intéressante : qu’un des deux conjoints accompagne l’autre à vélo, avant de lui passer la bicyclette une fois la séance terminée pour pouvoir à son tour effectuer la sienne. « Chacun suit l’autre, et vice-versa. Personne n’est freiné. » D’autant que vélo et course à pied restent des pratiques complémentaires, on ne le répètera jamais assez.
 
Quelques pièges à éviter

Quelle que soit la méthode choisie, courir ensemble ou non, l’essentiel reste « qu’il n’y ait pas de lassitude qui s’installe, pointe le coach. Avoir la même passion, de l’entraînement, c’est bien, mais cela doit rester un plaisir. » Parmi les écueils à éviter, le fait que « l’un ou l’autre se prenne pour l’entraîneur de son conjoint, prévient Jean Delatour. Cela peut créer de vraies tensions. »

Enfin, on essaiera d’éviter les situations trop déséquilibrées, où l’un profite plus que l’autre de sa pratique. « J’entraînais un coureur dont la femme ne pratiquait pas de sport mais se plaignait de faire seule le travail domestique, comme les courses, se souvient le coach. Elle a voulu que son conjoint reste à la maison, ce qu’il a fait. Mais ensuite, elle s’est mise à la marche nordique, et lui se retrouve seul à la maison ! » Pour éviter d’en arriver là, s’entraîner de concert demeure en effet la meilleure des solutions pour la paix des ménages…
 
Cyril Pocréaux pour J’aime courir
 
« Surtout, il faut éviter que l’un ou l’autre se prenne pour l’entraîneur de son conjoint. Cela peut créer de vraies tensions. »

 

Ce CONSEIL D'EXPERT a été réalisé avec le concours de Jean DELATOUR
Brevet d'état 1er degré - Entraîneur FFA 2ème dégré Hors-stade
25 ans d'expérience en tant qu'entraîneur.
Athlète dans les années 80, intervient actuellement aux clubs du Plessis Robinson et de Clamart. Entraine tous types de coureurs du 800m au Marathon et au trail et participe activement à l'encadrement des stages Equipe de France Hors-stade
Article mis en ligne par Rédaction J'aime Courir - le 22/06/2017 à 17:13 - mis à jour le 22/06/2017 à 17:35


AJOUTER UN COMMENTAIRE